Blog

Pourquoi les biberons Cloud ?

Voici un billet que j’avais rédigé il y a quelques temps et que je recopie ici quasi texto (j’ai enlevé les nom des marques).

Pour commencer un petit rappel sur les forces en présence sur le marché des biberons sans bisphénol-A.

Les matières.

A ce jour, deux matières se partagent 95% au moins du marché ‘sans bisphénol-A’ :

  • le polypropylène (PP) que l’on retrouve dans les biberons comme ceux que l’on trouve en pharmacie, généralement colorés du fait de la couleur blanchâtre d’origine. Avantage : le coût. Inconvénient : l’aspect (manque de transparence) et la qualité de la matière
  • le polyethersulfone (PES) popularisé par une marque US (mais made in Taiwan) avec sa couleur caractéristique ‘miel’. Avantage : la transparence et l’aspect au toucher proche du verre. Inconvénient : le prix, plus élevé que le polycarbonate (PC) et PP.

Les marques.

Même si aujourd’hui presque toutes les marques ont dans leur gamme des biberons en PP ou PES, il faut reconnaître que certains, et en particulier green to grow ont su anticiper et lancer très tôt un excellent produit. Cela porte ses fruits aujourd’hui car même 30% plus cher que thinkbaby, green to grow se vend très bien dans la boutique.

Le point de départ.

On le voit il y a aujourd’hui toute une gamme de produits répondant aux inquiétudes sur le bisphénol-A et on pourrait se demander pourquoi lancer un autre produit ? Je suis parti des constats suivants :

  • La grande majorité des ces produits sont fabriqués en Asie. Par exemple : deux marques US sont fabriquées dans la même usine à Taiwan (source). Cela implique un coût de transport gigantesque pour faire d’abord transiter ces produits aux US, puis les faire venir en Europe via les distributeurs locaux. A ce coût de transport s’applique également un trace carbone importante. Quand on sait que ces biberons sont souvent vendus dans des boutiques avec une forte implication écologique, cela peut sembler un peu contradictoire (et nous assumons cette contradiction, car la santé des enfants nous paraît prioritaire malgré tout)
  • Les grandes tailles de ces marques ne sont pas 100 % adaptées au marché Français et Européen. Aujourd’hui les gens cherchent des biberons en 330ml et cette taille n’existe pas en ‘sans bisphénol-A’, même la marque britannique qui produisait cette taille en PC, ne la reproduit pas en PES ou en PP.
  • Il existe une matière encore plus performante et sûre que le PES : le PPSU qui est de la même famille que le PES et présente un aspect physique en tout point identique avec en plus : une meilleure résistance mécanique (pas de casse, même avec 330ml de lait – ce que le PES ne peut garantir), et une absence totale de bisphénol-A et de bisphénol-S dans sa composition.

L’idée folle !

A l’heure des délocalisations et de la mondialisation, pourquoi faire faire des produits industriels en France ?

Il est sûr qu’avec un dollar faible et un pétrole peu cher, les produits made in Asie peuvent aujourd’hui rivaliser avec des produits made in France. Mais quel est vraiment l’écart de prix ? Ne peut-on vraiment pas produire en France ?

A cette question, certains on répondu ‘SI’ : j’en veux pour preuve la belle boutique de chaussettes Archiduchesse.com qui démontre que dans le domaine du textile, on peut faire fabriquer en France des produits haut de gamme dans des conditions financière viables.

2 Commentaires

  1. Posted 20 janvier 2010 at 9 h 24 min | Permalien

    Tres bonne initiative! Au moins je sais ou acheter nos prochains biberons 😉

  2. Posted 20 janvier 2010 at 15 h 13 min | Permalien

    Merci : )

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise. Les informations obligatoires sont signalées par une *

*
*

Additional comments powered by BackType